Connect with us

Actu

Deux bêtes blessées !

En quelques jours, le destin de la saison a peut-être changé. Et si les blessures font partie intégrante du sport, elles n’en restent pas moins tristes.

Jesse D. Garrabrant/NBAE

La poisse, la malchance, le karma, la mauvaise préparation, un arrêt trop long, un manque de rythme ? Appelez cela comme vous voulez mais le résultat est le même. Des blessures pour les joueurs essentiels d’une franchise déjà mal embarquée.

Combien de fois un coeur peut-il s’arrêter de battre ? Pour le moment, la réponse est deux ! Oui, deux fois en quatre jours, nos coeurs de fans se sont mis sur pause avant de finalement repartir, parce qu’il faut bien.

Ce que personne ne voulait voir.

Tout a commencé mercredi soir, au milieu du troisième quart-temps contre les magiciens de Washington. Sur un rebond offensif anodin, Simmons s’envole et capte le ballon. Dès sa réception, quelque chose cloche, on le voit tout de suite. Il semble gêné par un genou, le gauche. Perte de balle et changement immédiat, retour au vestiaire pour le prodige.

Se blesser tout seul n’est jamais bon signe. C’est à nouveau confirmé.

Des blessures en NBA, il y en a un nombre incalculable. Parfois, certaines sont sans gravités et après une bonne manipulation par l’équipe médicale, les joueurs sont déjà de retour. Tantôt, elles sont malheureusement plus graves et demande des soins plus adaptés et du repos.

Au moment du choc, on croise les doigts et on espère tous, fans de basketball avant tout que le couac que vient de rencontrer l’Australien fasse partie de la première catégorie.

La bonne nouvelle tombe, Adrian Wojnarowski annonce que les premiers examens sont encourageants. La fanbase peut souffler.

Un scénario sixersien !

Mais parce qu’au niveau des blessures, de la communication médicale et de la gestion des joueurs blessés, la franchise de Pennsylvanie ne sera jamais comme aucune autre, tout le monde va vite déchanter. La version change et en moins de 24 heures, le nouveau point forward est exfiltré de la bulle. De nouveaux examens ont en effet révélé un corps étranger dans le genou. Plus grave encore, 5 jours après ce mercredi noir, la sentence finale tombe, à moins d’un run immense en playoffs – et encore -, la saison de l’ancien ROY est terminée. Les espoirs de beaucoup de supporters avec.

Jamais l’un sans l’autre.

Et ce n’est pas tout. Si certains pensaient déjà que ça ne pouvait pas être pire, la malchance a prouvé directement le contraire. À peine quelques jours plus tard, sur une nouvelle action qui ne laissait rien présager de mal, c’est cette fois Joel Embiid qui se fait mal à la cheville. La gauche, pour être en accord avec son fidèle lieutenant. Le Camerounais laissera ses coéquipiers terminer seul le match face à Portland.

Retour au vestiaire. Le chemin est malheureusement connu.

Depuis, les nouvelles se montrent rassurantes, mais vous connaissez la chanson, ça n’a absolument rien de rassurant. On commence en effet à connaitre la musique.

Le pivot est depuis au repos et doit surement passer des heures à glacer sa cheville. Sans jouer à nouveau les taquins, ça devrait quand même aller. Brett Brown espère même pouvoir le faire rejouer une petite fois en fin de saison régulière afin que le mastodonte n’arrive pas sans rythme en playoffs.

Espérons tout de même ne plus avoir à écrire d’autres rapports de blessures. Peut-être nos joueurs devraient-ils se protéger avec du papier bulle ?

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

La redac de 76ers France

More in Actu