Connect with us

NBA Draft

Profil de Draft n°6 : Kira Lewis Jr

Scouting report de Kira Lewis Jr, guard chez les Crimson Tide de l’Alabama.

Kira Lewis Jr
Meneur
Sophomore
Alabama Crimson Tide
190cm – 75kg

Lycéen reconnu (#39 chez 247Sports en 2018) et révèlé au grand public en étant dans le roster de Team USA lors du dernier Mondial U19, Kira Lewis Jr n’a pas manqué son passage en NCAA dans une équipe qui lui à confier rapidement les clefs de son jeu.
Le dragster d’Alabama était attendu après une saison freshman très encourageante (+ de 13pts/matchs en + de 30min) et n’a clairement pas déçu en prenant pendant deux saisons la suite de Colin Sexton avec une certaine réussite.

Jeune mais expérimenté.

Ce qui marque aux premiers abords lorsqu’on scrute sa carte de visite, c’est évidemment la relative jeunesse de Lewis eu égard à son pedigree. Il est plus jeune que Cole Anthony ou Jaden McDaniels par exemple.
C’est un très jeune sophomore avec deux belles saisons dans les jambes et avec des responsabilités immédiates au sein du Crimson Tide d’Alabama.
En effet et grâce a une tête bien faite et d’excellentes notes scolaires, le joueur sortie du Lycée d’Hazel Green (dans l’état d’Alabama) a pu joué dès l’âge de 17ans en NCAA dans son état natal et montrer tout l’étendu de son talent, faisant de lui pour l’occasion, un des joueurs les plus jeunes du pays.

Vitesse et polyvalence offensive.

Offensivement, c’est un point of attack assez complet et de qualité, surtout de part une palette offensive riche, valorisée par une arme fatale : son premier pas déroutant. Ce premier pas et cette vitesse démoniaque mettent en relief sa capacité à finir proche du cercle, surtout lorsqu’il a pris l’avantage. Mais pas que.

Très créatif balle en main avec son handle qu’il combine parfaitement avec son explosivité, il a développé des skills intéressants dont il aura obligatoirement besoin en NBA pour compter dans la ligue.

Il est également très fort sur les changements de rythmes lorsqu’il use d’hésitations qui peuvent faire de gros dégâts en 1vs1. L’impression même, avec une telle souplesse et de légèreté de mouvement, de voir une danseuse de l’Opera de Paris sur « Le Lac des Cygnes » de Tchaïkovski.

Parenthèse culture mise à part, il va extrêmement vite en transition et finit donc avec régularité avec des mouvements très smooth (5,1pg soit le 3eme de la conférence SEC). Et cette saison particulièrement, il a également enrichi son jeu d’un floater qui le rend encore plus dangereux pour les défenses adverses.

Capable aussi d’initier d’excellents mouvements sur pick & roll et d’être lucide en ressortant le ballon proprement sur un coéquipier ouvert disponible.

Sa vision reste donc intéressante et sa gestion du pick & roll positive (33% de ses possessions offensives pour 0,74pts/pos mais malgré tout 4,9ppg, classé 5ème de la SEC). 

Il a fait des progrès visibles pour faire jouer les autres (2,9 AST en 2019 contre 5,2 en 2020), puisqu’il était le meilleur joueur de la Conférence SEC cette saison sur l’efficacité à la création de passes hors P&R et rapportait à son équipe 10pts/match.

Bien aidé par le style de jeu made in Nate Oats avec une pace rapide et de la prise de risque, il a intercepté beaucoup de passes mais aussi perdu beaucoup de ballons (ratio AST/TO de 1,7 cette saison mais de 0,7 en freshman season).

C’est un des aspects de son jeu qu’il devra faire évoluer en étant beaucoup plus patient et gestionnaire pour être en mesure de diriger sur demi terrain une équipe NBA.

Simplicité et efficacité au tir.

Son tir est d’excellente qualité, que ça soit par son range ou sa mécanique. Sa mécanique est simple, équilibré et assez régulière par rapport à certains collègues de promos qui peuvent parfois exploser lorsqu’ils sortent de leur zone de confort.

En carrière NCAA, il tourne à un honorable 36% de loin (bon échantillonnage de 5 tentatives/matchs) mais surtout à 48% sur les 10 derniers matchs de la saison (28/59). Signe d’une fiabilité certaine sur la transposition de son shoot au niveau supérieur, il a assuré 80% de ses tentatives au niveau lancer franc.
En spot up ou en catch and shoot, il est très efficace (1,10pts/pos pour 15% de ses situations offensives), et particulièrement dans les coins (57% de réussite dans cette zone cette saison).

Mais il est aussi capable de punir les défenses qui le laisserait shooter ou qui passe sous les écrans en développant un pull up 3 qui validera son billet au premier tour de la draft.

 

(Shot chart de Kira Lewis Jr en 2020. Crédits stats.nba.com)

La défense en question et un physique à renforcer.

Physiquement, c’est un meneur long 1,90m et 2m d’envergure avec de bonnes capacités athlétiques.

Mais a l’heure actuelle et dans un futur NBA il va être pénaliser par son poids et son incapacité à gérer le contact dans la grande ligue. En situation d’isolation notamment, si il n’a pas réussi à créer de la distance avec son défenseur, cela va poser une problématique certaine (seulement 0,70pts/pos sur ISO 13% de ses actions offensives). Idem de l’autre côté du terrain, où il se fera cibler automatiquement si il ne se renforce pas musculairement sur le haut du corps notamment.

Défensivement néanmoins, il arrive à tirer le meilleur de ses qualités physiques en étant pro actif sur les aides mais aussi en tenant plutôt bien en 1vs1 avec son excellent footwork et la rapidité de ses appuis.

Une affaire à saisir.

Proche d’un transfert en 2019 au départ du coach Avery Johnson, Kira Lewis Jr a trouvé auprès de la philosophie de jeu imposé par le nouveau HC Nate Oats, un environnement parfait à son développement pour valoriser tout le bien que beaucoup d’observateurs pensaient de lui. Smooth, rapide et créatif voilà comment nous pourrions résumer le profil de Kira Lewis Jr. Celui qui dirigeait la 3eme attaque (en terme de scoring) de la NCAA en 2020 avec 82pts/match représente une alternative sérieuse et une belle affaire, pour laquelle je n’hésiterais pas un instant à trade up avec notre « OKC pick » + certains de nos seconds tours si j’étais notre front office. Avec un roster orienté défensif, sa qualité de création pour lui même ou les autres sur la base arrière des Sixers apporterait sans aucun doute solution et originalité à une attaque bien trop souvent prévisible.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

La redac de 76ers France

More in NBA Draft