Connect with us

NBA Draft

Profil de Draft n°8 : Tyler Bey

Scouting report de Tyler Bey, guard chez les Colorado Buffaloes.

22 ans
Power Forward
201cm – 98kg

Junior
Colorado Buffaloes

Dans une NBA en pleine évolution et valorisant de plus en plus le smallball et les « petits » intérieurs polyvalents, le « Défensive Player of the Year » de la PAC 12, a tout de la bonne pioche dans la recherche de ce profil d’utility player.

Un défenseur complet et redoutable.

Pour comprendre, celui qui était considéré comme un arrière/ailier à son arrivée à la Fac, il faut se rendre bien compte de l’impact et la versatilité de sa défense.

Car l’ancien prospect 4* du lycée de Middlebrooks Academy, a été capable en NCAA de la faire apprécier sur les 5 positions de jeu (évidemment plus à l’aise sur des postes 2/3/4) durant son cursus, au sein du campus situé à Boulder dans le Colorado.

Longueur, rapidité latérale, vélocité, ou foot-work, Tyler Bey possède déjà les outils et les capacités athlétiques/physiques rendant son corps prêt à affronter les athlètes de la NBA.

En NCAA cette saison il l’a parfaitement démontré, que ce soit pour switcher et défendre le périmètre sur un meneur explosif comme le Jayhawks de Kansas, Devon Dotson (ou il ne concédait que 0,48 pts/possession) mais aussi de poser des problèmes au poste à Onyeka Okongwu, le poste 4/5 de USC (0,82 pts laissé/possession), le natif de Las Vegas n’a plus à démontrer son potentiel dans ce domaine où il excelle en tant que patron reconnu, de la 27ème défense au rating.

Ici face au Guard des Ducks d’Oregon, Anthony Mathis.

 

 

C’est un athlète délié, qui limite parfaitement les drives d’adversaires plus petits notamment en absorbant leur course avec son corps et en restant lucide pour ne pas mordre aux feintes.

Son corps justement, est un des outils qu’il utilise le mieux que ce soit en terme de positionnement, pour gérer le contact, aller chercher des fautes offensives mais aussi contesté efficacement les tentatives adverses ou encore défendre avec agressivité le pick and Roll.

Rapide sur ses appuis, capable de répéter des sauts à haute intensité et de box out, le bondissant intérieur des Buffaloes, a dominé physiquement aux rebonds avec 9 prises par match (dont 2 offensifs) soit quasiment 19% en carrière NCAA de rebonds captés lorsqu’il était sur le terrain. (A titre de comparaison 15% pour Okongwu, 16,7% pour Jalen Smith).

Le protégé du coach Tad Boyle est un leader vocal, mais aussi dans son intelligence et sa capacité à analyser rapidement les situations défensives, qui lui permettent d’entrainer une vraie dynamique collective positive. Mature, travailleur et prêt à laisser son corps sur le parquet pour son équipe, il est très présent sur les aides défensives et les lectures.

Grace à un excellent timing et une belle envergure, Tyler Bey a été très productif aux contres avec 1,2 contres / match. Ce sont toutes ses qualités exposés plus haut qui lui permettent d’être très présent dans ce domaine ou bien celui des interceptions dans lequel il excelle grâce à ses mains actives (1,4/match).

Vous l’avez compris, Tyler Bey présente une panoplie et un profil défensif ultra complet qui apportera alternatives et solutions à beaucoup de head coach et roster NBA.

Un potentiel et des outils offensifs présents mais encore inexploité.

Doté de qualités athlétiques conçues pour le haut niveau, ce véritable marsupilami est un superbe finisseur au cercle qui combinait l’an passé 1.33pts par possession dans ce type de situation offensive.

Il monte vite, il est long et fait preuve d’une grosse agressivité lorsqu’il s’agit de punir au cercle son adversaire direct.

 

Evidemment très à l’aise en transition, quand il s’agit d’opérer au-dessus du cercle et capter des alley-oop, le MIP 2019 de la PAC 12 ne doit pas seulement se contenter de devenir un dunker pour avoir un avenir au plus haut niveau.

Il s’est montré efficace cette saison (de manière ponctuelle), également sur post up en utilisant un hook main droite très simple qui semble parfaitement lui convenir.

Avec ses facilités physiques et un excellent premier pas. Il doit progresser sur le drive ou il possède une marge de progression évidente et ainsi enrichir sa palette offensive et le rendre moins prévisible.

Par flash, Il a été capable de démontrer les prémices d’un shoot qui peut s’avérer utile et l’empêcher de devenir un spacing killer pour son équipe à l’image d’un Kenneth Faried.

Son mouvement n’est pas le plus académique qui soit (un corps et des bras pas toujours maitrisés), mais il shoote vite et progresse d’année en année.

Son pourcentage à 3pts va dans ce sens, même si il faut le relativiser car il a été constitué sur un très petit échantillonnage : 41,9% mais sur 1 tentative/match.
Néanmoins, il a les outils pour le développer correctement et son équipe à confiance en sa faculté à sanctionner au large, en témoigne ce système mise en place spécialement pour lui.

Son pourcentage aux lancers francs est correct sans être inquiétant avec 75% de tentatives réussies.

Son handle, pour le moment est de qualité médiocre, et ne lui permet pas d’avoir des systèmes et le ballon pour initier une attaque pour les autres ou pour lui-même. C’est une des raisons qui le limite pour jouer ailier et le dirige naturellement vers un poste de « petit » intérieur.

En revanche, au poste bas il a affiché une bonne vision pour renverser le jeu à l’opposé du ballon et servir en périphérie les shooteurs de Colorado.

Son rôle en NBA en question ?

Véritable energizer sur le parquet, le petit intérieur des Buffaloes, et ce malgré une magnifique utilisation de sa verticalité des deux côtés du terrain, offre un profil clivant dans son analyse :

D’un coté de nombreux doutes que peuvent avoir les scouts et les spécialistes qui se cristallisent principalement sur ces points :
– les questions de son âge, déjà bien avancé pour un prospect
– la position sur le terrain (petit 4/5 ?, 3&D ?)
– Sa capacité à fixer et progresser sur le shoot dans les prochaines années
Il ne pourra survivre en NBA qu’en développant un shoot, ou imposera à l’équipe qui le draftera de le faire jouer aux côtés d’un autre intérieur capable de s’écarter pour lui laisser de l’espace pour s’exprimer proche du cercle.

De l’autre côté, un général défensif sur plusieurs positions avec une éthique de travail certaine, motivé, leader vocal et qui a montrer les outils à son développement offensif notamment au shoot.
Ce sont ces derniers aspects qui pourraient susciter l’intérêt de n’importe quel Front Office (en fin de 1er tour/ début du 2nd) en recherche d’une rotation intérieure capable de fédérer autour de lui.

Du coté des Sixers, son profil « small » et polyvalent, peut faire sens avec nos 2nd tours #34 et #36, d’autant plus avec la volonté affichée de notre nouveau Head Coach, Doc Rivers de jouer dans un rythme beaucoup plus élevé dans lequel, Tyler Bey trouvera un environnement favorable à son développement…

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

La redac de 76ers France

More in NBA Draft