Connect with us

NBA Draft

Profil Draft 2021 n°1 : Trey Murphy III (Virginia Cavaliers)

Profil de Draft n°1 consacré à Trey Murphy III, forward chez les Virginia Cavaliers.


21 ans
Junior
206cm – 93kg
Forward (4-3)
Virginia Cavaliers

On va commencer avec un profil qui m’intéresse et qui intéressera également, lors de la draft le 29 juillet prochain, les contenders désireux de renforcer leurs ailes avec un 3&D en plein développement.

Hors des radars plus jeune en High School, passé quasi inaperçu à l’Université de Rice dans la Conférence USA, ce fils d’ancien basketteur (Kenneth Murphy à East Carolina dans les 80’s) aura eu besoin d’une belle année junior, au sein du collectif toujours aussi huilé de Coach Tony Bennett, avant que plusieurs insiders/scouts draft nous le fassent découvrir et apparaissent dans leurs Big Board (poke Alan Guillou).

 

Un des meilleurs 3&D de la cuvée.

Natif de Durham en Caroline du Nord, Trey Murphy III est un longiligne ailier (6’9 aux dernières infos) qui collait parfaitement à l’identité de jeu collective de l’Université de Virginia. Adoré par son coach par sa mentalité, sa tête bien faite, et son humilité, il a été un chainon important des Cavaliers tout au long de la saison, des deux cotés du terrain, afin d’aider les leaders Sam Hauser, Jay Huff ou Kihei Clark.

Tout d’abord, ce qui lui a permis d’être la troisième menace offensive de l’équipe c’est principalement un vrai bras et un shoot extrêmement fiable (sur la saison) : 43,3% à 3 sur 5 tentatives/match quasi uniquement en spot-up (52/120 sur la saison).

Plutôt très à l’aise dans les coins et carrément léthal en catch and shoot (50,7% de ses situations offensives pour 1,75pts par possession), Trey Murphy III possède une mécanique relativement maitrisé. Pas le geste le plus beau à voir avec notamment le porté du ballon  sur son épaule droite, mais avec un lâché haut et rapide qui le rend viable.

 

Preuve de sa superbe saison au tir, son entrée dans le groupe toujours très fermé des joueurs tournant sur une saison en 50/40/90.

 

Solide sur lancers francs, ou il tournait à + de 92% de réussite cette saison, même si il ne provoque pas énormément de fautes et de lancers (moins de 2 lancers tirés en carrière/match).

On aimerait d’ailleurs le voir faire ce type de play et de drive en étant agressif vers le cercle bien plus souvent. Car il est capable de produire plus sur ces drive, d’autant qu’il n’a pas vraiment peur de tenter sa chance et de monter sur son adversaire direct.

Dans cette optique de diversification de son jeu, on en redemande clairement, pour obliger un peu les défenses à faire un choix en amenant cette incertitude, et lui offrir d’autres possibilités.

Offensivement encore un peu frustre ballon en main, celui qui devra renforcer son handle, performe off-ball dans un rôle de cutter qu’il maitrise à la perfection. 

Autre domaine dans lequel Trey Murphy III pourra apporter en Day 1, c’est sa défense. Utilisé et efficient en NCAA sur des postes 1 à 4, il était durant la saison un élément essentiel du dispositif de Tony Bennett.

« On-Ball » tout d’abord, ou sa longueur et sa latéralité lui permettent de défendre des guards bien plus petits, mais aussi d’être hyper actif avec ses bras et de gêner sans discontinuer son adversaire direct. Il bouge parfaitement même si ses hanches sont parfois un peu hautes, reste bien sur ses appuis et sans se laisser aspirer par les feintes de l’attaquant. Devra néanmoins travailler son haut du corps qui souffre parfois face à des profils physiques.

 

 

« Off-Ball » il reste positif grace à une assez bonne lecture des situations défensives afin d’être présent sur les aides et rotations et pour passer à travers les écrans. Parfois, un peu trop emporté par le jeu, il doit stabiliser sa concentration sur ce type de défense pour encore step-up, car elle a tendance à se diluer lorsque que le ballon est loin de lui.

 

Plancher solide mais plafond difficilement lisible.

Coté questions/inquiétudes, concernant son profil, c’est surtout dans son développement (hors qualités 3&D) notamment dans la création que ce soit pour lui même, ou bien pour les autres.

A l’heure actuelle, il ne présente pas (aujourd’hui) assez de marge et de progrès pour se projeter sur cette facette de son jeu.

Malgré tout, il a démontré des flashs qu’il devra confirmer, surtout dans le contexte de Rice ou il était quand même plus responsabilisé sur l’initiation. (Seulement 2,8% de situation de ball-handler sur Pick & Roll sur sa dernière saison à Virginia).

 

Malgré un physique adapté à la NBA par sa taille et son envergure notamment, il ne présente pas spécialement de qualités athlétiques élites ou de rapport forces/puissances visibles qui lui permettront d’être aussi efficace, en particulier, sur des postes 4 bien plus puissants à l’étage supérieur. Cependant, si il existe bien un domaine dans lequel les prospects évoluent toujours très rapidement en NBA, c’est bien le renforcement musculaire et le développement d’un corps prêt à absorber et encaisser 82 matchs.

Trey Murphy III pourra poser des questions aux différents scouts sur sa capacité à jouer au haut niveau du fait d’une expérience restreinte dans un programme reconnu (seulement 1 saison) mais aussi sur le contexte de Virginia qui est particulier, basé sur une pace assez lente et peu de place à la créativité et le développement de l’intelligence situationelle de ses jeunes joueurs. Cependant, sa capacité de travail et les retours très positifs sur sa personnalité permettent de rester optimiste sur ses chances d’adaptation en NBA.

La certitude d’avoir un ailier positif immédiatement.

Même si sa candidature peut poser des questions en terme de plafond difficilement déchiffrable à l’heure ou nous écrivons, le champion ACC 2021 va intéresser les Front Office de contenders à la recherche d’un 3&D capable de leur apporter défense et shoot immédiatement en sortie de banc. La question de sa position à la draft dépendra des attentes des franchises à son sujet. Mais j’ai envie de croire que son plancher de spécialiste 3&D suffira largement à convaincre les franchises. Particulièrement intéressant en attaque à coté de porteurs de balles reconnus, il n’aura aucun soucis à se placer dans les coins en attendant son heure et en apportant un spacing et une menace en périphérie élite. Défensivement, et même si il risque de souffrir plus qu’en NCAA il pourra apporter sa longueur et son QI défensif pour se rendre indispensable à des second unit  NBA toujours friande de ce genre de profil à la mode.

 

C’est en ce sens que le Front Office des 76ers peut envisager sa draft, que ce soit en fin de 1er tour (voir plus haut suite à son excellent Draft Combine) car à la simple perception de son plancher il offrira sans aucun doute des minutes toujours positives à l’équipe qui lui fera confiance. Et puis on a jamais assez de profondeur à l’aile dans l’optique des playoffs et ce ne sont pas les Suns par exemple qui nous diront le contraire.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

La redac de 76ers France

More in NBA Draft