Connect with us

Actu

Vous nous entendez tous mais vous n’écoutez pas.

 

Je suis dans le dialogue, et toujours prêt à parler.

Mais si on va se mettre à parler de ce qui est arrivé à George Floyd, il est nécessaire d’avoir une connaissance de la réalité : Un officier de police blanc à tué un homme noir non armé et il a été capable de le faire en plein jour avec trois autres collègues le regardant faire à cause de sa couleur de peau.

Et ne me répondez pas :  » Oh, mais cette personne a fait ça. » N’essayez pas de trouver des excuses, ou de dire que ce n’est pas une question de race. Dans beaucoup de mes conversations avec des blancs ces derniers temps, je répète encore et encore: « Cessons de parler de race. »

C’est facile à dire quand ce n’est pas votre frère ou votre père qui est au sol avec le genou de quelqu’un plaqué sur son cou. Votre frère, père ou fils n’est pas cette personne qui s’enfuit et se fait tirer dessus en plein jour.

Je veux vraiment dire à ces gens de se taire car c’est une question d’ethnie.

Cela l’a toujours été.

Et si nous creusons profondément, cela concerne également l’HUMANITÉ.

Si vous ne pouvez pas le reconnaître, alors je ne peux pas vraiment avoir de dialogue avec vous.

Nous sommes dans les rues pour protester depuis des années contre la brutalité policière. Mais c’est un peu comme si vous nous entendez tous, mais vous n’écoutez pas. C’est ce qui m’a le plus bouleversé. Et je sais que c’est aussi le cas pour d’autres, partout dans le monde.

Il semble que rien ne fonctionne vraiment pour faire entendre nos voix. Nous avons normalisé cela au point où il est courant de voir des vidéos de personnes sur les réseaux sociaux se faire frapper par des officiers.

Pour ceux qui veulent penser que c’est un problème autre que la race je me dis que vous ne comprenez vraiment rien à ce qui se passe ici.

Gardez les pieds sur terre. Admettez que quelque chose ne va pas dans ce pays, admettez qu’il s’agit de race et construisons un chemin à suivre.

NurPhoto/Getty Images

Le mois dernier, des hommes armés ont pris les escaliers du Capitole du Michigan pour protester contre la quarantaine.

Et comment le Président les a appelé ?

 » Des gens biens. « 

En revanche, quand nous protestons contre le fait qu’une autre vie a été prise sans raison, on est décrits comme  » déliquants « .

Pour vous dire la vérité, le meurtre de Trayvon Martin a été un tournant pour moi, personnellement.

Quand il a été tué, tout cela parce qu’il avait l’air «suspect» de porter un pull à capuche noire la nuit dans son propre quartier, j’ai réalisé que cela aurait pu être mon frère. Une fois que vous êtes familier avec ça, c’est un sentiment vraiment effrayant. J’ai dû sortir de ma propre bulle NBA et comprendre qu’il y a un monde différent. Tout le monde ne peut pas monter dans une belle voiture tous les jours, se rendre au travail, rentrer à la maison, faire de l’exercice et se sentir bien. Des gens passent par des choses compliquées, chaque jour. Je devais comprendre cela.

Et heureusement, je l’ai compris, parce que c’était l’une des choses les plus marquantes de ma vie.

Quand j’ai entendu qu’il y aurait une marche à Philadelphie le week-end dernier, je ne pensais qu’à Trayvon, 17 ans.

Je jouais à Orlando environ un an après sa mort. Il y a eu une marche au centre-ville pendant que j’y étais, en 2013. À ce moment-là, il y avait beaucoup de fumée sur les réseaux sociaux et ainsi de suite. J’ai manqué cette manifestation, et j’ai toujours regretté de ne pas en faire partie.

Ce n’était même pas que je ne voulais pas y aller. J’étais très en colère. J’en avais eu des conversations avec mes coéquipiers et amis. Mais si je suis honnête, protester n’était tout simplement pas au premier plan de mon esprit à l’époque. Cela m’a fait réaliser que je devais m’instruire beaucoup plus. Vous devez être bien informé pour pouvoir parler de ces choses et avoir un dialogue productif – en particulier en tant que personne d’influence et modèle pour les gens, vous devez vous sentir bien pour parler. Et vous n’y arriverez que si vous êtes bien avec vous-même.

Depuis, je me suis renseigné sur le monde. Je peux sortir de la bulle des célébrités et de la personne que je suis, et regarder ce que les Noirs traversent à travers le pays.

C’est pourquoi j’écris ma lettre maintenant. Et je sais déjà que certaines personnes ne l’aimeront pas. Il y a toujours une stigmatisation à propos de parler ouvertement de la race. À cent pour cent. Mais à ce stade, je m’en fiche.

Je pousse les gens dans mon cercle ! Nous devons aussi tenir nos amis responsables. Je me pousse moi, ma famille mes amis et les gens autour de moi – les gens qui me suivent et qui me regardent à être mal à l’aise. Ce n’est pas des deux côtés.

Et le SILENCE est INACCEPTABLE.

La façon dont je le vois ? Si les gens de ma communauté sont opprimés, moi aussi. Je rends hommage à Mohamed Ali, l’un des plus grands modèles de ma vie, pour avoir montré la voie. Il n’a jamais eu peur de prendre position contre l’INJUSTICE.

J’ai aussi dû me sentir mal à l’aise de savoir qui je suis – sachant que, oui, je suis arrivé en NBA, et cela a changé certaines choses pour moi en termes de traitement. Je n’ai pas le même que quelqu’un d’autre. Je suis arrivé à comprendre que oui, je suis noir, mais ce mec qui se fait arrêter par un flic dans sa voiture, il n’a pas le luxe que cet officier le reconnaisse.

C’est ça le problème. La différence entre un flic qui vous reconnaît ou non ne devrait pas être la vie ou la mort.

Via ClutchPoints

J’ai grandi à Long Island. Je suis allé dans une école primaire à prédominance blanche, dans un collège à prédominance blanche et dans un lycée à prédominance blanche. J’ai toujours été l’athlète, le tout-américain.

Partout où j’allais, les gens savaient qui j’étais. Ils ne me regardaient pas nécessairement comme ce gamin noir. Même s’ils l’ont fait dans leur tête, je n’ai jamais eu ce genre de traitement. Ils m’ont regardé comme :  » Oh, c’est Tobias Harris là-bas. Il joue à ceci et cela.  » Quand je suis allé à l’université, c’était exactement la même chose.

Pour être honnête, j’ai toujours été au courant du racisme dans ce pays, mais dans ma vie personnelle, les choses étaient un peu enrobées de sucre en quelque sorte. Je peux admettre que – à cause du privilège que j’ai eu en grandissant – je n’ai pas vraiment vécu le pire de ce que les Noirs traversent.

Et si je devais recommencer, je changerais de nombreuses façons – principalement en termes d’éducation sur l’histoire des Noirs et tout ce qui s’est passé dans les premiers mouvements qui nous ont donné les droits que nous avons maintenant.

Mais c’est moi maintenant à 27 ans qui dis cela. Il m’a fallu beaucoup de temps – peut-être trop longtemps – pour réaliser que les choses sont différentes. Certaines personnes voudront peut-être penser que la renommée ne peut pas me changer. La NBA ne me changera pas. Mais s’ils sont honnêtes avec eux-mêmes, ils reconnaîtront qu’être à ce niveau met une bulle de protection autour de vous. Vous devez ACTIVEMENT aller au-delà de cela, rechercher activement des connaissances et vous éduquer, pour être pleinement au courant de tout ce qui se passe dans le monde.

En tant que célébrités et athlètes, nous devons également faire notre part pour nous tenir responsables.

Les écoles ne vous racontent pas toute l’histoire. C’est pourquoi je m’intéresse énormément à l’éducation et au mentorat des jeunes. Quand j’arrivais, dans notre école, nous n’avons essentiellement appris des choses à propos de trois héros afro-américains. Nous avons découvert Martin Luther King, Rosa Parks et Malcolm X. Et quand les avons-nous connus? Pendant le Mois de l’histoire des Noirs. Pendant 28 jours. Je sais que vous pouvez tous comprendre.

Je connaissais Christophe Colomb, George Washington, tous les présidents, mais seulement une poignée de dirigeants noirs. Voilà ce qu’on m’a appris.

Ce n’est que lors de ma première année dans la ligue, quand j’ai eu tout ce temps libre pour m’éduquer, que j’ai commencé à apprendre des choses sur les pionniers noirs du monde, à découvrir ce qui se passe vraiment en Amérique. Et j’avais besoin de cette période d’apprentissage pour arriver là où j’en suis maintenant, où je suis suffisamment éduqué pour parler.

Je conseille beaucoup d’enfants. Je vais dans des écoles. Je vois la différence entre une école de North Philly ici et une école de la ligne principale de Lower Merion. Je vois la différence. J’ai donc pu grandir dans ma compréhension de la différence des choses.

Parce que quand j’étais plus jeune, je ne comprenais pas vraiment ça.

Quand j’étais enfant, mon père m’emmenait avec mes frères en ville et nous jouions au basket avec cette équipe de l’AUA appelée les Riverside Hawks. Il nous a emmenés à Harlem, et nous jouions dehors chaque week-end.

Nous menions une vie totalement différente de celle de certains des enfants avec lesquels nous jouions.

C’était comme avoir de l’eau jetée sur son visage, voir comment ils vivaient par rapport à ma vie en banlieue. Chaque enfant doit grandir et apprendre, et pour moi c’était comme :  » wow, je suis noir, mais j’ai le privilège d’avoir ce que j’ai. » Cela m’a vraiment, vraiment humilié. Mais cela ne voulait pas dire que je savais tout ce qu’il y avait à savoir sur la race.

C’était ma vie à venir, mon processus d’apprentissage. C’est ce qui m’a amené là où je suis maintenant. Je peux vraiment dire que je comprends et je sais. Mais cela prend du temps.

Il faut connaître votre identité et savoir qui vous êtes.

Samedi dernier, je ne pouvais pas manquer cette occasion de transformer mes connaissances en action.

Quand j’étais là-bas lors de la marche, c’était quelque chose dont j’étais si heureux de faire partie parce qu’il s’agissait d’union. Les gens tenaient des pancartes parlant de la brutalité policière, des pancartes indiquant combien les vies noires sont importantes, comment être silencieux est tout aussi mauvais que d’être du mauvais côté. Des panneaux partout, avec des messages correspondant à la douleur de tout le monde dans la communauté noire. Et certaines personnes là-bas étaient des Blancs, prêchant: «Black Lives Matter». C’était génial d’être autour de cette interconnexion et de cette unité. C’était vraiment spécial. Nous avons marché pendant environ une heure et demie, et c’était tout simplement génial d’en faire partie.

Je fais 2m03, donc je savais que je me démarquerais, mais je n’étais vraiment pas inquiet. Je pense que je savais que les choses pouvaient dégénérer. Mais je pense, que dans l’ensemble, une manifestation, une marche – c’est ce avec quoi vous entrez et vos intentions à ce sujet.

Et c’est ce que vous en retirez.

Il s’agit de prêcher ce message sur ce que vous pensez de ce qui se passe dans le monde. Vous voyez beaucoup de choses qui se passent avec les émeutes, mais beaucoup de gens protestent pacifiquement parce que nous voulons LE CHANGEMENT.

Samedi à Philly, il s’agissait d’un groupe de gens unis qui faisaient passer un message. Et ce message portait vraiment sur le respect. Il s’agissait de respecter les autres et de comprendre leurs souffrances.

Et nous devons continuer – que ce soit dans la rue ou dans nos propres cercles. Nous devons parler de ce qui se passe vraiment. Nous devons utiliser nos plateformes au maximum.

Nous devons faire en sorte que vous ne vouliez peut-être pas nous entendre… mais vous allez sûrement écouter.

Cet article est une traduction de la lettre de Tobias Harris pour The Players’ Tribune que vous pouvez retrouvez ici en version originale.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

La redac de 76ers France

More in Actu